Yoga, Méditation et Tai-chi « bloquent » l’expression des gènes du Stress!


yoga sur la plage

Des études portant sur les effets des MBI (Pleine conscience, yoga, Tai Chi, Qigong, relaxation et régulation de la respiration) ont déjà démontré des effets psychologiques sur la réduction du Stress perçu, sans pour autant en percer les mécanismes sous-jacents. C’est désormais une nouvelle étude scientifique qui entend démontrer que les disciplines comme le yoga, la méditation ou le taï-chi peuvent inverser les effets néfastes du stress en provoquant des changements moléculaires au niveau des gènes. Le corps humain serait donc reprogrammable? Des chercheurs britanniques ont analysé les résultats de 18 études portant sur un total de 846 personnes, c’est ce que révèle l’article publié dans la revue américaine « Frontiers in immunology »

Une protection contre le stress


Le stress est une réponse de l’organisme à des événements perçus comme des menaces. Cette réponse entraîne un risque pour la santé lorsque le stress survient sur une longue période de temps (cf : les différentes formes de Stress). Le stress devient donc une source d’inflammation chronique qui augmente le risque de cancer, de maladies neurodégénératives (maladie d’Alzheimer), d’asthme, d’arthrite, de maladies cardiovasculaires et de troubles psychiatriques. L’étude révèle que pratiquer une MBI vient contrer ce phénomène d’inflammation, principalement en limitant l’impact de la protéine NF-κB. NF-κB, un régulateur clé de l’expression des gènes pro-inflammatoires. Cette protéine agit comme un facteur de transcription qui vient activer les gènes responsables de la réponse immunitaire de l’organisme et donc des inflammations.

L’impact des MBI selon l’étude


Des techniques du corps et de l’esprit différentes ont des effets similaires au niveau génétique.
La Méditation, diminue l’activité du facteur de transcription pro-inflammatoire (NF-κB) et augmente l’expression des gènes antiviraux (IRF-1)
Le Taï Chi, réduit de 9% l’expression des gènes inflammatoires et réduit l’activité du facteur de transcription pro-inflammatoire (NF-κB)
Le Yoga, réduit l’activité du facteur de transcription pro-inflammatoire (NF-κB) et augmente l’activité du récepteur glucocorticoïde qui a une action anti-inflammatoire.
La Méditation de pleine conscience, réduit l’activité du facteur de transcription pro-inflammatoire (NF-κB) et stimule les facteurs anti-inflammatoires GR et IRF (Interféron)

Une pratique régulière pour des effets durables


Les études sur les MBI ont révélé une baisse de la stimulation des gènes ciblés par NF-κB, ce qui peut être analysé comme une inversion moléculaire des effets du stress chronique. Une pratique hebdomadaire voir quotidienne est néanmoins nécessaire pour en percevoir tous les effets. 15 minutes par jour suffisent pour limiter l’impact du Stress sur votre organisme.
Un bon style de vie doit être également adopté (sommeil, alimentation et exercice) pour combattre le stress dans son ensemble et notamment la deuxième face du stress (le stress oxydant).

méditation de pleine conscience

Sélection citronnée